epil_log.gif (4243 octets)Employment through Promotion of Independent Living.

Communication et relation d'aide

OUTIL DE DÉCOUVERTE DES ATTITUDES SPONTANÉES DANS L'ENTRETIEN D'AIDE (d'après PORTER E.H. et MUCCHIELLI R.)

Méthode de travail

Le résultat m'indique 1 ou 2 attitudes dominantes, que j'utilise habituellement dans ma relation d'aide. Pour que ce soit significatif, il faut 4 et plus

Es ->
attitude
estimative Voir définition en fin de document
I ->
attitude
interprétative
R ->
attitude
rassurante
Ex ->
attitude
exploratrice
C ->
attitude
compréhensive
P ->
attitude
pragmatique
EXTRAIT n° 1.

Femme de 37 ans (voix lasse)

Je ne sais vraiment pas quoi faire. Ah ! Je ne sais vraiment pas si je dois reprendre mon poste de standardiste... Cela me porte tellement sur les nerfs, je peux à peine le supporter.!. mais j'ai une stabilité d'emploi et un bon salaire : ou alors lâcher tout et faire ce qui m'intéresse réellement, en tout cas un travail plus varié mais cela aboutirait à débuter en bas de l'échelle avec un salaire très faible... Je ne sais pas si je pourrais le faire ou non...

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. Pouvez-vous m'en dire davantage au sujet de ce qui vous intéresse maintenant ? C'est très important que nous y réfléchissions ensemble.    
2. Avant que vous vous lanciez dans quelque chose de nouveau, il faudrait que vous soyez sûre que cela serait vraiment plus avantageux pour vous et que vous n'alliez pas quitter la proie pour l'ombre.    
3. Le problème est simple : il s'agit de savoir dans quel service vous pourriez être mutée, je peux vous ménager un entretien avec le chef du personnel.    
4. Vous êtes attirée par un métier moins stressant et plus varié. Mais vous n'osez pas prendre les risques nécessaires.    
5. C'est vraiment une décision difficile, n'est-ce pas ? Ou bien courir les risques de débuter dans une nouvelle branche, ou bien s'en tenir à la sécurité d'un travail qui vous déplaît.    
6. Vous vous faites beaucoup trop de souci. Ce n'est pas en usant ainsi vos nerfs que vous résoudrez vos difficultés. I1 ne faut pas vous mettre dans cette état. Tout finira par s'arranger.    
EXTRAIT n° 2.

Homme de 30 ans

J'ai un sentiment des plus bizarres : quand quelque chose d'heureux m'arrive, eh bien , je ne peux pas y croire, j'agis comme si cela ne m'était jamais arrivé, ça me tracasse. Par exemple, je voulais un rendez-vous avec Nicole, j'ai tourné autour d'elle pendant des semaines avant d'avoir assez de courage pour lui demander un rendez-vous… et elle a dit oui. Je ne pouvais pas y croire . C'était trop beau. Je ne suis pas allé au rendez-vous.

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. Il faut être de votre temps, voyons ! Il faut avoir une idée plus réaliste des femmes. Elles désirent notre compagnie autant que nous désirons la leur.    
2. Se pourrait-il que vous vous soyez imposé une vie tellement austère que la perspective d'une chose agréable, d'un certain plaisir vous semble irréelle.    
3. Il vous est très difficile de croire que quelque chose de bon puisse vous arriver.    
4. Ce sentiment d'irréalité ne serait-il pas associé à un moment de votre vie ? Par exemple, que voulez-vous dire par "quand quelque chose d'heureux m'arrive" ?    
5. Il n'y a pas de quoi vous inquiéter. Il ne s'agit au fond de rien de grave. Je crois que nous arriverons arranger cela.    
6. Ce serait dommage d'en rester là. Pourquoi ne pas recontacter cette personne pour lui fixer un nouveau rendez-vous ?    
EXTRAIT n° 3.

Femme de 50 ans (voix inquiète).

… Avant de vous expliquer le problème qui m'amène, je … heu… je voudrais… pardonnez-moi… je vous prie… Est-ce que vous êtes croyant. Je veux dire… croyez-vous… en… la religion ?

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. Je crois que vous devriez, dans ce cas, aller plutôt trouver un prêtre, puisque cette question est pour vous une condition de votre confidence.    
2. Vous-même, êtes-vous croyante ?    
3. Avant d'oser exprimer votre problème, vous vous demandez si je suis croyant.    
4. Ne pensez-vous pas que la compétence dans le domaine qui nous occupe, doit compter davantage que l'appartenance ou la non-appartenance à un groupe religieux ?    
5. Je suis prêt à respecter les convictions de mes clients. N'ayez crainte de vous exprimer en toute liberté.    
6. Vous auriez des réticences à vous confier à un non-croyant. Celui-ci ne pourrait vous comprendre, vous semble-t-il ?    
EXTRAIT n° 4.

Homme de 35 ans.

Je suis déterminé à avancer dans la vie. Je n'ai pas peur de travailler. Et je n'ai pas peur d'écoper de quelques coups durs. Pourvu que je voie clairement ce à quoi je veux parvenir. Et je n'hésiterais pas à sacrifier quiconque se trouve sur mon chemin. Je refuse de me contenter d'une vie médiocre. Je veux devenir quelqu'un.

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. A votre point de vue, qu'est-ce qui se facile derrière ce besoin profond de devenir quelqu'un ?    
2. Si vous le désirez, nous pouvons vous administrer une série de tests susceptibles de révéler les domaines dans lesquels vous avez 1e plus de chances de réussir.    
3. En somme, vous vous conduisez comme un ambitieux parce qu'il faut vous prouver à vous-même votre valeur.    
4. La détermination de réussir constitue un atout puissant. Toutefois, êtes-vous vraiment convaincu de vouloir sacrifier quiconque se trouve sur votre chemin ? Cette attitude ne pourrait-elle pas vous faire plus de tort que de bien ?    
5. Vous estimez qu'il faut aller de l'avant sans se ménager ni ménager autrui.    
6. Vos sentiments sont très forts. Vous devez être sous le coup d'une déception récente. I1 faut vous calmer, réfléchir, et vous verrez que vous retrouverez votre sang-froid sans perdre votre enthousiasme.    
EXTRAIT n° 5.

Femme de 70 ans

Mon mari, c'était un homme extraordinaire ! Toujours aux petits soins pour moi, prévenant et si doux ! nous avions les mêmes idées, les mêmes goûts. Nous faisions tout ensemble, à deux. C'est drôle, mais c'est comme s'il n'était pas mort. Je le sens tout le temps près de moi. Je lui parle souvent. Mais, vous me prenez peut-être pour une vieille folle !

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. Mais non ! Nous pensons tous fréquemment à des personnes décédées.    
2. Il faudrait vous débarrasser de vos idées morbides. Ce n'est pas bon pour vous de vivre de souvenirs.    
3. La mort de votre mari a été si douloureuse pour vous que vous faites comme s'il vivait toujours. Vous ne l'admettez pas, cette séparation.    
4. Il y a longtemps que vous avez perdu votre mari ?    
5. Vous vous aimiez tellement que votre amour a traversé la mort. Vous êtes toujours ensemble.    
6. Ne serait-il pas préférable pour vous de sortir quelque peu, de rencontrer des amis, de vous distraire ?    
EXTRAIT n° 6.

Femme de 30 ans (voix découragée)

Il y a maintenant dix ans que j'habite cette ville et sept ans que je suis dans le même appartement, mais je ne connais personne ; Au bureau, il me semble que je ne peux pas me faire des amis, c'est comme si j'étais paralysée. J'essaie d'être gentille avec les autres employés mais au fond je me sens contractée et mal à l'aise, et alors je me dis que je m'en moque. On ne peut pas compter sur les gens, Chacun pour soi. Je ne veux pas d'amis, et quelquefois je finis par en être vraiment convaincue.

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. Vous êtes trop pessimiste. Cela ne va pas durer éternellement. Vous verrez que l'on viendra vers vous par la force des choses.    
2. Je connais d'autres personnes dans votre cas; elles ont pourtant réussi à se faire des relations agréables en se faisant membre d'une association de loisirs. L'important est de ne pas rester seul.    
3. Peut-être en m'en disant davantage au sujet de la façon dont vous vous y prenez pour vous faire des amis, pourrions-nous avoir une idée plus nette de ce qui cloche ?    
4. Votre solitude dure depuis si longtemps que vous avez fini par être presque convaincue qu'il n'y a plus rien faire. Est-ce là ce que vous voulez dire ?    
5. Peut-être ne voulez-vous pas d'amis uniquement pour vous protéger de quelque chose d'autre ? La solitude vous arrange en quelque sorte.    
6. C'est une situation assez regrettable de n'avoir pas d'amis, et il faut vraiment s'en occuper. Il faut absolument apprendre vous faire des amis, et plus tôt vous commencerez, mieux cela sera.    
EXTRAIT n° 7.

Homme de 39 ans

Je n'ai pas d'autre solution que de les détruire complètement. Rappelez-vous que cet individu était soi-disant mon meilleur ami. Et il m'a enlevé ma femme. Et après le divorce, il l'a épousée. Et puis, il a causé ma faillite. Mais j'ai des documents qui peuvent le détruire à son tour. Je pourrais l'anéantir et le faire coffrer, pour le reste de sa vie (Rire amer). Ca se serait du beau. Mon ex-femme mariée à un criminel ! Et laissée sans le sou !

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. J'ai l'impression que votre désir de les anéantir est essentiellement un désir de vengeance. Ne croyez-vous pas que ce besoin s'enracine dans les sentiments de défaite et d'infériorité que leur conduite a provoqués en vous ?    
2. Je comprends, certes, que vous soyez tenté de prendre votre revanche. Mais, ne croyez-vous pas que vous allez peut-être un peu trop loin ? Ne vaudrait-il pas mieux tourner la page et oublier    
3. Après ce que vous venez de dire, je comprends que vous éprouviez le besoin de les faire souffrir à leur tour, Mais ne pensez-vous pas que votre rancune va s'amenuiser avec le temps ?    
4. C'est la premiére fois qu'il vous est arrivé d'être trahi de cette façon, soit dans les affaires, soit dans vos relations personnelles ou peut-être pendant votre enfance, cela vous est-il déjà arrivé ?    
5. Avez-vous déjà envisagé de consulter un avocat ? Il serait mieux même que moi pour vous conseiller dans ce domaine.    
6. Vous avez tellement souffert à cause d'eux que vous avez envie de vous venger.    
EXTRAIT n°8.

Étudiant de 19 ans

Je voudrais que vous m'aidiez au sujet de mon emploi du temps pour le prochain semestre. J'ai parlé à plusieurs personnes au sujet de ce que je dois choisir, mais elles me disent toutes des choses différentes et c'est si difficile pour moi de savoir quoi faire. Vous pensez ! … je suis seulement en première candidature et je ne sais vraiment pas ce qui vaut mieux…

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. Si je vous ai bien compris, vous vous sentez un peu perdu. Vous recherchez une aide extérieure, vous ne pouvez pas décider par vous-même.    
2. Voulez-vous parler de la section dans laquelle vous voulez entrer et de ce que vous allez prendre comme matière à option ?    
3. Voyons, si vous vous en rapportiez un peu plus à vous-même, quant à ce que vous pouvez faire et ce que vous voulez faire, au lieu de vous en rapporter à ce que disent les autres ... peut-être cela irait-il mieux ?    
4. Là, je me demande si la source de vos difficultés ne réside pas dans un manque de confiance en vous-même plutôt que dans une difficulté à choisir entre différents cours.    
5. Certainement, nous allons y réfléchir. Il est parfois un peu dur de trouver sa place dans la structure de l'université quand on est nouveau.    
6. Nous pourrions faire tout d'abord le bilan des matières à apprendre et celui des heures de travail dont vous disposerez.    
EXTRAIT n°9

Homme de 28 ans

Ah ! j'en suis aux quatre cents coups ! je suis tombé amoureux de la jeune fille la plus merveilleuse au monde, et elle m'aime aussi. J'en suis sûr. Mais je ne suis pas digne d'elle. Je ne pourrais pas lui demander de m'épouser. J'ai un dossier criminel. Elle n'en sait rien. Mais je sais très bien que cela se découvrir a un jour. Non, je ne puis me marier et avoir des enfants. J'ai un dossier qui prouve que je suis le pire des vauriens

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. Évidement, il ne serait pas très chic son égard de l'épouser et de lui laisser découvrir votre passé par la suite. Ne croyez-vous pas qu'i1 faudrait presque l'en informer dès à présent ?    
2. Pourrions-nous discuter un peu les raisons pour lesquelles vous êtes tellement sûr qu'elle ne pourrait consentir si elle était au courant votre passé?    
3. Si vous pouviez vous arranger pour qu'elle vienne me voir, je pourrais lui parler et lui faire comprendre votre situation.    
4. Vous vous sentez indigne de devenir son mari.    
5. Votre passé est votre passé et il n'y a pas de raison pour ne pas envisager un avenir heureux ensemble.    
6. Vous êtes partagé entre la culpabilité liée à votre passé et le désir de vous réhabiliter par le mariage.    
EXTRAIT n° 10.

Mère parlant de sa fille (15 ans)

J'en ai assez d'elle. C'est une vraie garce ! Elle ne fait que des gaffes. Elle ne fait plus rien à l'école. Elle sort jusqu'aux petites heures avec des vauriens. Nous ne savons plus la tenir. Elle va tourner mal. Je voudrais la mettre dans un home où elle serait tenue.

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. Pouvez-vous me dire de quelles gaffes il s'agit ?    
2. Vous savez, il est fréquent que les parents aient du mal avec des adolescents mais d'ici 2 ou 3 ans, cela va se tasser.    
3. Au fond, vous désirez placer votre enfant pour ne plus en avoir la responsabilité. Vous démissionnez en quelque sorte de votre rôle de mère.    
4. Nous pourrions envisager, avec notre assistante sociale, un placement dans une institution spécialisée.    
5. Vous êtes au bout du rouleau. Vous ne savez plus quoi faire avec votre fille.    
6. Votre fille fait sans doute une crise d'indépendance votre égard à laquelle vous réagissez par un violent rejet.    
EXTRAIT n° 11.

Jeune fille de 16 ans.

Début d'entretien. Une jeune fille a demandé à voir le psychologue de l'école. Elle rougit et se remue sur sa chaise. Silence.

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. Peut-être pourrions-nous chercher ensemble ce qui ne va pas actuellement dans votre vie et trouver des solutions à vos problèmes ?    
2. C'est difficile de parler à quelqu'un qu'on ne connaît pas.    
3. Je suis le psychologue de votre école, Tout ce que vous direz restera secret entre nous. Vous pouvez donc vous confier en toute sécurité.    
4. Vous vous sentez paralysée et mon silence vous paralyse encore davantage.    
5. Vous auriez tort d'avoir peur de moi, Je suis en fait là pour vous aider. Mais pour cela, il serait préférable que vous m'expliquiez pourquoi vous êtes venue me voir.    
6. Que puis-je faire pour vous ? Comment cela va-t-il à l'école ? Et à la maison ?    
EXTRAIT n° 12.

Homme de 45 ans à un conseiller féminin

Je suis si content de pouvoir vous parler chaque semaine. Je ne savais qu'une telle compréhension pouvait exister. Je vous dis des choses que je ne pourrais dire à personne, même pas à ma propre femme. C'est merveilleux. Je me sens compris. Je reprends goût à la vie.

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. Vous ne vous êtes jamais senti compris par les autres auparavant. Pourriez-vous me décrire vos rapports avec les personnes de votre entourage ?    
2. Il est normal qu'en cours de thérapie, le client ressente une certaine gratitude pour le psychologue. Ce sentiment ne doit pas vous étonner.    
3. C'est bon de ne plus se sentir seul, d'avoir quelqu'un à qui parler. La vie prend son sens, alors.    
4. Peut-être pourriez-vous maintenant essayer d'établir avec vos proches une relation telle que la nôtre.    
5. Il vous est plus facile de me parler que de parler à votre femme. A la limite, vous aimeriez m'avoir plus souvent auprès de vous.    
6. Il n'est pas bon qu'une trop grande intimité se crée entre nous. Il faudrait éviter de vous engager trop affectivement vis-à-vis de moi.    
EXTRAIT n° 13.

Jeune fille de 28 ans (voix tendue, rageuse, contenue)

Quand je la regarde ! … Elle n'est pas aussi attrayante que moi, elle n'est pas aussi intelligente, elle n'a pas de chic et je me demande comment peut-elle faire illusion à tant de personnes, comment ne voit-on pas clair à travers toutes ces manières ? Elle arrive toujours à faire quelque chose, et tout le monde admire la manière dont elle le fait. Je ne peux pas la souffrir ! Ca me rend malade ! Elle a tout ce qu'elle veut ! Elle a eu ma place, elle a eu Gérard, elle l'a littéralement détourné de moi, et ensuite elle a nié ; quand je l'ai mise devant le fait, que je lui ai dit ce que je pensais, elle a dit : " Mais je regrette " ! Mais… Eh bien ! … Je vais lui faire voir.

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. Cela vous arrive souvent d'en vouloir à mort à une rivale ?    
2. Vous prenez une attitude très violente son égard. Nous avons tous des préjugés contre les gens, mais il est bien rare que nous en tirions quelque chose de bon.    
3. Vous prenez une attitude très violente son égard. Nous avons tous des préjugés contre les gens, mais il est bien rare que nous en tirions quelque chose de bon.    
4. C'est un cas typique de jalousie, provoqué par la présence d'une personne qui est peut-être un peu plus capable ou plus adroite que vous.    
5. Pourquoi n'essayez-vous pas d'observer ce qu'elle fait et de la battre sur son propre terrain ? Si c'est une bluffeuse, vous devriez avoir le dernier mot.    
6. Vous êtes naturellement très sensible à toutes ces déceptions, mais étant plus âgée qu'elle, vous avez l'avantage d'être plus raisonnable et d'avoir plus d'expérience de la vie.    
EXTRAIT n° 14.

Homme de 50 ans

J'ai beaucoup réfléchi ces derniers jours. Je trouve que je ne fais aucun progrès. Nous tournons en rond. Vous ne me comprenez pas. J'ai l'impression de faire du sur place. Je me demande si je vais continuer à venir.

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. Je pourrais vous donner l'adresse d'un autre centre, si vous le désirez.    
2. Il arrive, au cours d'une thérapie, que le client ait des moments de découragement. Il ne faut pas vous laisser abattre.    
3. Vous hésitez à aller plus avant et vous invoquez mon incompétence pour expliquer votre lenteur à progresser.    
4. Vous dites que je ne vous comprends pas. Qu'attendez-vous exactement de moi ? Que devrais-je faire pour vous comprendre ?    
5. A votre place, je réfléchirais avant d'abandonner. Ce serait dommage d'arrêter sur un sentiment d'échec.    
6. Vous avez l'impression de ne plus avancer, vous vous découragez et vous m'en voulez.    
EXTRAIT n° 15.

Jeune fille de 19 ans

Je vous dis que je déteste mon père. Je le hais ! Je le hais ! Je le hais ! Et sans aucune raison. C'est un homme juste et bon. Il n'a jamais levé la main sur moi, et malgré cela, j'éprouve un sentiment violent envers lui. J'en éprouve un remord affreux. Je n'ai aucune raison de le détester. Je sais que c'est très mal de haïr son poère, surtout quand il n'y a aucun motif. Cela m'inquiète beaucoup.

RÉPONSES CHOIX CARACTÉRISATION
1. Je comprends certainement que vous vous fassiez des reproches, surtout si vous ne voyez rien qui puisse justifier les sentiments que vous éprouvez à l'égard de votre père. Mais, d'autre part, vous découvrirez que sous cette laine se cache un certain amour pour lui. Et cet amour joue un certain rôle dans votre sentiment de culpabilité.    
2. Ce qui importe ici, c'est de découvrir la cause de ce sentiment. Parlez-moi de votre père. Dites-moi tout ce qui vous vient à l'esprit son égard. Ainsi, vous dites qu'il n'a jamais levé la main sur vous, se pourrait-il cependant qu'il vous ait empêchée de faire certaines choses ?    
3. Cela vous tourmente d'éprouver des sentiments aussi violemment hostiles à l'égard de votre père et sans raison aucune.    
4. J'ai l'impression que nous passons tous par une certaine période où nous détestons l'un ou l'autre de nos parents C'est très normal. Mais la plupart des gens arrivent à traverser cette période.    
5. Ne pouvez-vous envisager de vous éloigner pour un temps du milieu familial ou mieux d'habiter indépendamment de votre famille?    
6. Si, comme vous le dites, votre père n'est pas en tort, il doit beaucoup souffrir. Avez-vous pensé aux soucis que vous lui occasionnez ?    

Calcul des points pour chaque extrait

Extrait / Réponse 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 Tot
ES 2 1 4 3 2 6 2 3 1 3 5 6 3 5 6  
I 4 2 6 4 3 5 1 4 6 6 4 5 4 3 1  
R 6 5 5 6 1 1 3 5 5 2 3 2 6 2 4  
EX 1 4 2 1 4 3 4 2 2 1 6 1 1 4 2  
C 5 3 3 5 5 4 6 1 4 5 2 3 2 6 3  
P 3 6 1 2 6 2 5 6 3 4 1 4 5 1 5  

Traduction du tableau chiffré

1. Estimative - vos réponses sont évaluatives, c'est-à-dire qu'elles impliquent un point de vue moral personnel et comportent un jugement (critique ou approbateur) à l'égard d'autrui. Vous indiquez comment pourrait ou devrait agir un client.

2. Interprétative - vos réponses sont des interprétations de ce qui vous est dit. Vous visez en quelque sorte à instruire le client au sujet de lui-même, à lui faire prendre conscience de quelque chose, à lui démontrer l'une ou l'autre chose. Vous visez à indiquer comment le client pourrait ou devrait se représenter la situation.

3. Rassurante - vos réponses sont des réponses de soutien, visant à apporter un encouragement, une consolation ou une compensation. Elles impliquent que le sentiment du client n'est pas justifié, qu'il n'existe pas ou qu'il n'est pas aussi sérieux que le client se le représente.

4. Exploratrice - vos réponses sont investigatrices. Elles visent à obtenir des données supplémentaires, à vérifier ou approfondir la discussion. Vous indiquez que le client pourrait ou devrait examiner de plus près l'un ou l'autre aspect du problème.

5. Compréhensive - vos réponses sont compréhensives et reflètent un effort pour vous introduire sincèrement dans le problème tel qu'il est vécu par l'autre. Vos réponses visent à comprendre de l'intérieur, à saisir, le ton affectif, personnel de la communication.

6. Pragmatique - vos réponses tendent à apporter une solution immédiate. Vous réagissez par l'action et en poussant à l'action.

 


-| Accueil | Aides techniques | Accessibilité | Communication/relation d'aide | Gestion d'un service AVJ | Législation | Emploi | Internet |-

Copyright © 2000 autonomia asbl . Tous droits réservés.
Révision :11 September 2001.